JACK PIERSON Ennui (la vie continue)

Jack Pierson dans son exposition
©LaTribuneDesLagomorphes

Poursuivant ses recherches sur la richesse des associations mentales provoquées par les lettres détournées d’affichages commerciaux, Jack Pierson propose ici une confrontation aux questionnements profonds de la culture occidentale.

Le visiteur sera confronté à travers la sculpture murale « THESE ETERNAL QUESTIONS » aux mécanismes qui sont à l’origine de la philosophie grecque. Poser la question des éternelles questions est d’autant plus pertinent qu’elles n’ont en soi rien d’éternel car il aura bien fallu qu’elles soient posées une première fois. L’artiste implique donc la genèse de la réflexion et de la conscience humaine.
Jack Pierson poursuivra avec « HIS QUIET WATERS », qui est une référence directe à un texte biblique emprunté aux Psaumes « Dans de verts pâturages. Il me dirige. Près des eaux paisibles”, évoquant ainsi l’autre grande source de connaissances de la culture occidentale, judéo-chrétienne. Si la tradition philosophique grecque pose plus de questions qu’elle n’offre de réponse, la bible quant à elle, traditionnellement considérée comme la parole de dieu, constitue en soi un ensemble d’orientations pour l’homme.
A travers des phrases sentencieuses, courtes et parfois brutales, il réveille des questions existentielles, poétiques et politiques. Il réfléchit sur le principe de la narration et, dans le contexte de l’exposition, propose la quintessence d’une expérience cathartique à la manière d’un scénario de film. En installant les œuvres dans l’espace de la galerie, Jack Pierson reconstitue le scénario de l’histoire des tergiversations humaines lancé depuis plusieurs millénaires dans la quête du sens de sa propre existence. A travers cette démarche, l’artiste fait la démonstration de la puissance narrative de l’exposition.
Le parallèle avec l’univers cinématographique se poursuit avec la pièce majeure de l’exposition. Une gigantesque installation « DREAM » domine l’espace principal de la galerie, à la fois démonstration du pouvoir de l’imagination et hommage au rôle majeur que tient le rêve dans les constructions intellectuelles et les réponses que l’on peut parfois en obtenir.
Et si, comme dans la dernière minute d’un film, l’exposition s’achevait sur une phrase agissant comme un cliffhanger venant tout remettre en question ? 
JACK PIERSON
Ennui (la vie continue)
2 mars – 6 avril 2013
Galerie Thaddaeus Ropac
ENGLISH VERSION
©Galerie Thaddaeus Ropac/l’artiste

Pierson continues his experiments into the wealth of mental associations triggered through his sculptures made of found commercial signage. In this exhibition Pierson takes on the important questions besetting Western culture.

The sculpture ‘THESE ETERNAL QUESTIONS’ confronts the visitor with the founding mechanisms of Greek philosophy. Questioning the eternal questions is particularly relevant insofar as there is nothing intrinsically eternal about them – at some point, those questions must inevitably have been asked for the first time. The artist involves us in the beginnings of thought and human awareness.
Jack Pierson continues with ‘HIS QUIET WATERS’, a direct reference to the biblical text the 23rdPsalm: « He makes me lie down in green pastures, He leads me beside quiet waters”. Pierson thus references that other great source of knowledge in western culture, the Judeo- Christian tradition. Where the Greek philosophical tradition perhaps asks more questions than it answers, the bible, which is traditionally considered to be the word of God, constitutes a set of guidelines for humanity.
With short, sharp, sometimes blunt sayings and proverbs, Pierson raises existential as well as poetic and political questions. He ponders over the principle of narrative so that the exhibition offers a quintessentially cathartic experience in the manner of a film script. In installing the works in the gallery space, Pierson reconstructs the script for the several-thousand-year history of human prevarication in its search for the meaning of existence. And in so doing, affirms the narrative power of the exhibition.
The parallel with the universe of film continues in the major work in the exhibition. The main gallery space is dominated by the gigantic « DREAM » installation. It is both a demonstration of the power of the imagination and a homage to the major role played by dreams in intellectual constructs and the answers that can sometimes be obtained from them.
What if, like a cliffhanger in the last minutes of a film, the exhibition drew to a close with a phrase setting off new questions?
JACK PIERSON
Ennui (la vie continue)
2 mars – 6 avril 2013
Galerie Thaddaeus Ropac


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s