PAULINE LAVOGEZ – ADIEU TRISTESSE

 

Une proposition de DIFFRACTION
PRÉPARATION / ACTION / CONSÉQUENCE
DÉSÉQUILIBRE / CHUTE / RENAISSANCE
EXCITATION / ORGASME / RESOLUTION
CHOC / COLÈRE / ACCEPTATION
ÉCHAUFFEMENTS / EFFORTS / ETIREMENTS
ATTIRANT / ETIREMENT / REPOUSSEMENT

Le travail de Pauline Lavogez prend souvent comme point de départ des phénomènes simples, souvent omniprésents dans notre société, nos méthodes de création, de consommation et la façon dont nous laissons notre environnement modeler nos besoins et notre personnalité. Elle extrait du « réel » des situations, des actions et des fragments qu’elle offre au spectateur qui peut ainsi en constater les enjeux, l’absurde ou encore la poésie intrinsèque… Pauline Lavogez explore a travers des performances et des installations les problématiques de la perception a travers l’impact physique ou visuel, mais aussi parfois plus simplement la présence discrète de l’individu et les conditions pour rendre possible son affirmation.

Adieu tristesse est une métaphore mécanique aussi simple qu’efficace dans laquelle il est question de poids, de gravité, d’interpénétration de forces, de possession, de vecteurs et de milieux… Des matières qui se rencontrent, des éléments qui s’affrontent et des flux qui s’entremêlent.
En se référant à Sysiphe, Adieu Tristesse célèbre la beauté de la chute, la poésie de l’abandon aux forces incontrôlables, incessantes, omniprésentes. « Dans cette proposition, j’étudie la puissance de l’être, de la relation, de la vie : leur fragilité ». C’est aussi dénoncer l’un des plus grands paradoxes de l’homme. Cet être doté de capacités techniques et intellectuelles extraordinaires est souvent diminué et réduit de corps et d’esprit à l’absurde, esclave de ses passions, de ses limites et de ses addictions.
Selon Lavogez, Adieu Tristesse « délivre une énergie féroce au spectateur, une violence symbolique (mettant en évidence) une fragilité non dissimulée »
M.L

commissaire : Matthieu Lelièvre
La galerie laurent mueller a choisi de confier le commissariat du STUDIO en ce début d’année 2016 à Matthieu Lelièvre (DIFFRACTION) pour un cycle de trois expositions successives. Prenant pour point de départ sa connaissance de la jeune création, le commissaire a choisi d’inviter plusieurs artistes récemment diplômés de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts de Paris.


Lien vers l’exposition


A proposal by DIFFRACTION

PREPARATION / ACTION / CONSEQUENCE
IMBALANCE / FALL / REBIRTH
EXCITEMENT / ORGASM / RESOLUTION
SHOCK / ANGER / ACCEPTANCE
WARM-UPS / EFFORTS / STRETCHINGS
ATTRACTIVE / STRETCHING / REJECTION

The work of Pauline Lavogez frequently originates from simple phenomena that are often ubiquitous in our society, our methods of creation and consumption as well as in the way we let our environment shape our needs and personality. From “reality”, she extracts situations, actions and fragments that she offers to the spectator who can then observe the stakes, the absurdity or even the intrinsic poetry…
Through performances and installations, Pauline Lavogez explores the issues of perception through the physical or visual impact, but also sometimes and more simply, the discreet presence of the individual and the conditions that will make their affirmation possible.

Adieu tristesse is a mechanical metaphor as simple as it is efficient and in which weight, gravity, interpenetration of forces, possession, vectors and milieus are addressed… Substances that come across each other, elements that confront each other and flows that mix up.
By referring to Sisyphus, Adieu Tristesse celebrates the beauty of falling, the poetry in giving in to uncontrollable, incessant and ubiquitous forces. “In this proposition, I am studying the power of the being, of the relation, of life: their fragility”. It is also the denouncing of one of the greatest paradoxes of human beings. Humans were endowed with extraordinary technical and intellectual abilities but are often diminished and reduced bodily and spiritually to absurdity, they become slaves to their passions, limits and addictions.

According to Lavogez, Adieu Tristesse “delivers a ferocious energy to the spectator, a symbolic violence –highlighting- an unconcealed fragility”
M.L

commissariat : Matthieu Lelièvre
The galerie laurent mueller has chosen to entrust Matthieu Lelièvre (DIFFRACTION) with the commissioning of the STUDIO in the early part of 2016 for a cycle of three successive exhibitions. Originating in his knowledge of the young generation of artists, the commissioner has chosen to invite several artists who recently graduated from the Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts (National School of Fine Arts) of Paris.

Link to the exhibition

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s