Janis Avotins / Prix Jean François Prat 2016

Les figures isolées et les éléments narratifs de la peinture aérienne et distante de Janis Avotins sont arrachés au passé, au présent comme au futur. Cette œuvre dont la ligne spatio-temporelle semble inéluctablement brisée et qui provoque un sentiment parfois anxiogène, semble dissimuler un mystère. Les sources de son œuvre remontent aux livres d’art et aux catalogues de musées qu’il consultait enfant avec curiosité et convoitise ainsi qu’aux paysages lituaniens, premières aventures subjectives. Une volonté croissante surgit cependant d’assumer une certaine forme d’obsession pour les illustrations et les photographies qu’il s’est mit à collectionner, à s’approprier. L’image de presse soviétique, omniprésente au XXe siècle, décisive, puis soudain, caduque et indéchiffrable à mesure que ses témoins disparaissent, lui apparut telle une évidence culturelle. Elle devint une inspiration essentielle pour l’artiste, né il y trop longtemps pour ne pas y être étranger, mais pas assez pour en avoir été acteur. C’est de façon presqu’indirecte et par la disparition qu’Avotins entreprit cette réflexion picturale. Si c’est bien la peinture que la propagande soviétique a élu comme instrument majeur de manipulation des masses, l’art d’Avotins n’est pas politique. Il est existentiel. Une interprétation romantique du sublime ne vient cependant pas justifier l’aspect vaporeux de ses surfaces picturales fines et légères. Il cherche par cette cohabitation du champ abstrait et lumineux noyant un réel partiel et fragmenté, a confronter ses sujets à la difficulté de trouver une position correcte dans la peinture, dans leur environnement. La subtilité de ses contrastes évoque la difficulté à percevoir ce réel, à envisager l’espace du mythe et à affronter la trahison de la mémoire. Ce qu’il voit ne relève pas de l’incarnation mais de la perception fantomatique du sujet.

Matthieu Lelievre
Texte du catalogue du Prix Jean-François Prat 2016 que Janis Avotins a remporté
Exposition au Palais de Tokyo
Avril 2016

Lien vers la page du Prix Jean-François Prat

Janiv Avotins, The First Forty Years, Oil on Canvas, 2007, Private collection

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s