JASON MARTIN

commissariat : Matthieu Lelièvre

Le Drawing Space de la galerie Thaddaeus Ropac poursuit son exploration de l’univers graphique de ses artistes en présentant une sélection de dessins du peintre et dessinateur anglais, Jason Martin.
L’accrochage du Drawing Space présente un nouvel éclairage sur cet artiste connu en particulier pour des peintures monochromes à l’esthétique surprenante.

Sinner, 2007, Ink on paper
Courtesy Galerie Thaddaeus Ropac
Fetisch, 2011, Mixed media on aluminium
Courtesy Galerie Thaddaeus Ropac
Cette sélection de dessins dialogue avec un choix de peintures afin d’appréhender la démarche de l’artiste. La peinture de Jason Martin exerce une puissante force de suggestion optique à travers de subtiles manipulations des matériaux en un élégant traitement de la surface, induisant une réelle sensualité de la peinture. Cette puissance de suggestion sensuelle évoque parfois le corps et les plis de la peau, mais bien souvent aussi une tension entre l’organique et le minéral.
L’utilisation de matériaux spécifiques au dessin implique cependant une autre relation à l’œuvre, à l’espace, à la couleur et à la forme. Ses dessins et peintures à l’eau emploient des couleurs d’ocre à base d’oxyde de fer, du jaune au brun en passant par le rouge, qui évoque une autre forme de sensualité. La terre et le paysage semblent en émerger. Comme pour donner une cohérence entre la matérialité de l’œuvre et de la forme, une série un peu particulière de Jason Martin recourt à un matériau incongru : le café. Le paysage mental et le paysage physique s’unissent alors sur le papier.
La présentation des dessins en dialogue avec la peinture permet en outre de mettre en lumière la naissance des formes dans l’esprit du peintre. Le geste produit une ligne, ou une forme qui est répétée, amplifiée et parfois contredite. La forme devient alors amplification d’elle-même et entre dans un système qui la dépasse et la conscrit au sein d’un ensemble de tensions et de contradictions. Les couleurs jouent aussi un rôle différent dans les dessins : elles racontent cette mise en place de l’émotion et soulignent ainsi par contraste la radicalité des peintures.
Cet accrochage met en avant la subtilité visuelle qui unit les œuvres entre elles. Ce dialogue entre les dessins et les peintures permet d’entrer dans le procédé et l’esprit même de l’artiste, depuis la naissance des formes des premiers traits posés sur le papier et leur évolution en de subtiles variations de matière et de lumière sur les peintures.

___________________________________________English

Thrill, 201, Oil on aluminium
Courtesy Galerie Thaddaeus Ropac
Walnut sketch, 2007, Ink on paper
Courtesy Galerie Thaddaeus Ropac
Used to exploring the graphic world of its artists, the Drawing Space of Galerie Thaddaeus Ropac presents a selection of drawings by British artist Jason Martin. The show opens up a whole new perspective on the work of this painter and designer who is mostly known for the surprising aesthetics of his monochrome works on canvas.
The drawings are presented along a selection of paintings to highlight the artist’s creative process. Jason Martin displays a powerful force of optical suggestion through the subtle manipulation of materials: he elegantly treats surfaces, which conveys a compelling impression of sensuality. In some works, this power of sensual suggestion is evocative of the human body and epidermal ridges; in other works it reveals a tension between organic and mineral textures.
In Martin’s drawings, the use of specific materials suggests a renewed relationship to the works, as well as to space, colour and shape. Both the drawings and the watercolours are composed of ferrous-oxide based ochre colours – yellows, reds and browns – evoking another form of sensuality from which earth and landscapes seem to emerge. Questioning the coherence between the material nature of the works and their form, Jason Martin makes use, in a rather unusual body of work, of an incongruous material – coffee – as if mental and physical landscapes merged onto paper.
The dialogue between drawing and painting presented here reveals how forms emerge in the artist’s mind: their progression from gesture to line, from repetition to amplification, and eventually to negation. Evolving into amplifications of themselves, Martin’s forms enter into a system where they are constrained by tensions and contradictions.Colours also play a different role in the drawings, recounting how emotions were born and underlining, by contrast, the radical character of the paintings.
This exhibition highlights an undeniable visual subtlety, which is the hallmark of these works. The dialogue between drawing and painting offers a window on the practice and the mind of the artist, detailing a process from the birth of forms, explored in initial sketches, to their transformation in subtle variations of light and materials in the completed paintings.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s