Mateo Revillo Imbernon

Les tableaux de Mateo Revillo agissent comme des irruptions de l’art dans l’environnement du spectateur. Bien au-delà de la cimaise du white-cube, son travail explore la pertinence d’une jonction entre la peinture, la sculpture et l’architecture, à la fois du point de vue artistique mais aussi social. En recourant principalement à des matériaux de constructions, il réfléchit au statut de la peinture dans son rapport à l’architecture et à la place de celle ci dans l’environnement d’exposition, domestique voire urbain. L’angle droit, selon l’artiste, conditionne l’œuvre en déplaçant le centre de gravité de la composition et en forçant sa dynamique vers l’intérieur. L’angle obtus vient exploser cet espace, en modifiant la géométrie du tableau. En se débarrassant du signifiant et en le doublant, il altère singulièrement la relation du « tableau » à son environnement.
Le film en dialogue évoque l’architecture moderne méditerranéenne et les rapports presque métaphysiques entre les espaces, les territoires et les peuples. Il évoque une confrontation entre le stade Vicente Calderón de l’Atletico de Madrid construit dans les années 60 et le cimetière « Sacramental de San Justo » à proximité. Le cimetière est traversé d’une extension urbaine aérienne des années 60, années du « desarrollismo económico, développement, (précise l’artiste), de l’économie Franquiste à travers l’industrie de la construction, fondement de la corruption espagnole et de la crise financière en Espagne ». Le film recueille les échos d’une manifestation sportive du stade, dans la macro-structure en béton du cimetière, étrangement similaire, prêtant une voix de supporteurs de foot aux occupants des tombeaux et liant les phénomènes populaires, architecturaux et de masse avec une tradition : c’est l’endroit où Goya puisait son inspiration pour ses scènes populaires, mais aussi pour ses peintures noires.
Le travail de Mateo Revillo frappe par la pertinence et l’originalité de son vocabulaire plastique et plus encore par sa capacité à comprendre et à montrer ce que certains évoquent parfois de façon un peu obscure comme se situant dans les interstices des champs artistiques.

Texte du catalogue du 61eme salon de Montrouge

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s